Vous avez des suggestions pour étayer les informations relayées par Loina? contactez-nous!

Pour Wallis-et-Futuna

Consultez le site de Wallis 1ère, les reportages sont postés quotidiennement et vous pouvez revoir le journal télévisé de la veille si vous l’avez loupé! La page Facebook de Wallis 1ère est consultable à cette adresse.

Pour Wallis et Futuna

  • Vadémécum 2024 - Absentéisme et prévention du décrochage
    par Magali Savidan le 30 mai 2024 à 4h51

    La lutte contre l'absentéisme scolaire constitue une priorité de notre projet académique et nos actions quotidiennes envers les élèves sont garantes de notre engagement à leurs côtés.La prévention de l'absentéisme vient renforcer l'idée que chaque élève a droit à l'Éducation, droit inaliénable qui a pour corollaire le respect de l'obligation d'assiduité.Forts de ces préoccupations liées à la réussite des élèves, les chefs d'établissements ont élaboré ce vadémécum servant de cadre à chaque établissement du second degré.

  • La Journée Sport Santé Olympique du vendredi 31 mai 2024
    par Magali Savidan le 22 mai 2024 à 21h23

    La Journée Sport Santé Olympique célèbre les valeurs Olympique et le pouvoir du sport pour nous rassembler, nous faire bouger et partager des émotions. A cinquante-six jours des Jeux de Paris 2024, la célébration de la Journée Sport et Santé Olympique à Wallis et Futuna ce vendredi 31 mai proposera six disciplines Olympique Paralympique et des ateliers de sensibilisation pour le bien-être. Ce sera l'occasion de voir nos jeunes scolaires participer à des épreuves sportives sous la bannière d'un pays de leur choix lors d'une grande fête du sport organisée au stade de Kafika pour Wallis. La journée au complexe sportif de Sisia pour Futuna n'aura pas lieu ce vendredi.Cette manifestation inédite est organisée par le Vice-rectorat en lien avec les professeurs d'EPS des établissements scolaires du 2nd degré, de leurs chefs d'établissement et de leurs élèves toujours enthousiastes et motivés.

  • Location maison ou appartement
    par Magali Savidan le 13 mai 2024 à 4h44

    Les propriétaires de maisons ou d'appartements qui souhaitent mettreleur bien en location, sont invités, à consulter le site du Vice-rectorat de Walliset Futuna et à prendre contact avec le Service des Ressources Humaines au72.15.46 ou par mail à ofakiteesi.ikauno@ac-wf.wf

  • L'école inclusive (ASH)
    par Magali Savidan le 13 mai 2024 à 2h26

    Scolarisation des élèves en situation de handicap La loi 2005-102 (Loi pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées) n'est pas appliquée dans les îles Wallis et Futuna du fait du statut particulier du territoire. En l'absence de tout établissement médico-social ou sanitaire susceptible de prendre en charge un enfant ou un adolescent handicapé, quelle que soit l'origine et le degré de gravité du trouble dont il est porteur, le principe d'inclusion (...)

  • Décrochage scolaire
    par Magali Savidan le 13 mai 2024 à 2h20

    La mission de lutte contre le décrochage scolaire, appelée MLDS, repère les jeunes en risque de rupture, les élèves scolarisés qui présentent des risques de désengagement scolaire tels que L'absentéisme La passivité dans les apprentissages Les problèmes de comportement Les problèmes de compréhension

Pour le Pacifique, l’Outre-mer

  • Des cultivateurs de canne à sucre demandent au président Brotherson l’accès au foncier public
    par Rédaction le 4 avril 2024 à 2h22

    Temps de lecture : 2 min. Les caniculteurs, ou cultivateurs de canne à sucre, se sont réunis le mercredi 27 mars dernier à Patio, sur l’île de Taha’a, pour signer un courrier adressé au président du Pays Moetai Brotherson. Ils demandent [...] L’article Des cultivateurs de canne à sucre demandent au président Brotherson l’accès au foncier public est apparu en premier sur La Dépêche de Tahiti.

  • A Hawaii, la ministre Vannina Crolas rencontre les Tahitiens de l’Université BYU et du centre culturel polynésien
    par Rédaction le 3 avril 2024 à 23h01

    Temps de lecture : 4 min. Vannina Crolas, la ministre de la Fonction publique, de l’Emploi, du Travail, de la Modernisation de l’Administration et de la Formation professionnelle, a effectué ce lundi 1er avril 2024 à Hawaii, ses premières rencontres à [...] L’article A Hawaii, la ministre Vannina Crolas rencontre les Tahitiens de l’Université BYU et du centre culturel polynésien est apparu en premier sur La Dépêche de Tahiti.

  • “Nous avons eu beaucoup de chance”: Taïwan se remet de son pire séisme depuis 25 ans
    par Damien Grivois le 3 avril 2024 à 18h11

    Temps de lecture : 2 min. “Comme une montagne qui s’effondre”: à Nouveau Taipei, proche de la capitale taïwanaise, les sauveteurs se frayent un chemin à travers les décombres d’un entrepôt qui s’est écroulé comme un château de cartes lors du [...] L’article “Nous avons eu beaucoup de chance”: Taïwan se remet de son pire séisme depuis 25 ans est apparu en premier sur La Dépêche de Tahiti.

  • Université – Conférence ce mercredi 3 avril à 17h sur la canne à sucre polynésienne
    par Rédaction le 3 avril 2024 à 17h40

    Temps de lecture : 2 min. Dans le cadre du cycle “Savoirs pour tous”, l’Université de la Polynésie française propose une conférence intitulée “Un regard contemporain sur les cannes à sucre Saccharum officinarum de Polynésie”, ce mercredi 3 avril à partir [...] L’article Université – Conférence ce mercredi 3 avril à 17h sur la canne à sucre polynésienne est apparu en premier sur La Dépêche de Tahiti.

  • Magazine – Au cinéma, “Kung Fu Panda 4”, champion du box-office France
    par Rédaction le 3 avril 2024 à 17h14

    Temps de lecture : 2 min. Le quatrième opus de la franchise “Kung Fu Panda” réalise une entrée fracassante dans le box-office français, avec 825.898 entrées pour sa première semaine d’exploitation, soit la deuxième meilleure première semaine de 2024, juste après [...] L’article Magazine – Au cinéma, “Kung Fu Panda 4”, champion du box-office France est apparu en premier sur La Dépêche de Tahiti.

  • Sélection des représentants des Clubs Leaders Étudiants Francophones (CLEF) d’Asie-Pacifique pour le 3ème Congrès International de la Jeunesse Estudiantine Francophone à Toulouse
    le 14 juin 2024 à 4h59

    7 représentants des CLEF d’Asie-Pacifique ont été sélectionnés pour participer au 3ème Congrès International de la Jeunesse Estudiantine Francophone (CJEF). Cet événement se tiendra à Toulouse du 14 au 18 octobre 2024 et portera sur le thème « Le rôle de la jeunesse dans la transformation des systèmes éducatifs francophones ».

  • Université d’Architecture de Hanoï : 55ème anniversaire et premières générations d’architectes spécialisés dans l’aménagement urbain du Vietnam
    le 14 juin 2024 à 4h59

    L’Université d’Architecture de Hanoï (HAU) a célébré son 55ème anniversaire avec une série d’événements mettant en lumière ses contributions et partenariats internationaux en architecture, aménagement urbain et paysage. Partenaire historique de sa Licence en Architecture délocalisée DEEA et de son Master DPEA durant les années 2014 – 2020, l’AUF Asie-Pacifique a été invitée à ces événements qui ont eu lieu les 6 et 7 juin à Hanoï.

  • 13ème Conférence scientifique au Cambodge : promouvoir l’innovation à travers la recherche et la coopération industrielle
    le 14 juin 2024 à 4h59

    L’AUF-Cambodge a participé à la 13ème Conférence scientifique, axée sur le thème « Promouvoir l'innovation : capital humain, recherche et relations industrielles ». L’événement s'est tenu les 6 et 7 juin 2024 à l'Institut de Technologie du Cambodge (ITC), attirant des milliers de lycéens, décideurs politiques, institutions universitaires et de recherche, ainsi que des représentants du secteur privé et de réseaux locaux, régionaux et internationaux.

  • Ahmed Ismaël : le Choix Goncourt de l’Orient constitue un pont entre les cultures
    le 14 juin 2024 à 4h59

    Ancré au cœur de la littérature francophone et de la diversité culturelle, le Choix Goncourt de l'Orient représente bien plus qu'un simple concours littéraire régional. C'est une plateforme où les voix de la jeunesse du Moyen-Orient se rencontrent, où les récits authentiques prennent vie et où les émotions se déploient à travers les mots. De la dernière édition, nous accueillons le témoignage d'Ahmed Ismaël, un étudiant djiboutien qui a eu l'opportunité de participer à la finale de cet événement, organisée par l’AUF à Beyrouth. À travers ses yeux, nous plongeons dans l'univers du Choix Goncourt de l'Orient, découvrant les défis, les découvertes et les inspirations qui ont marqué son parcours.

  • L’AUF inaugure son Bureau national en Égypte
    le 14 juin 2024 à 4h59

    L’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) a officiellement inauguré mardi 4 juin 2024 son Bureau national en Égypte, situé au sein de la branche internationale de l'Université du Caire (Waslet Dahchour - 6 octobre). Cet événement marque une étape significative dans le renforcement de la présence de l’AUF en Égypte et dans la région du Moyen-Orient.

  • Le bagne calédonien au patrimoine mondial de l’Unesco
    par Mathilde HEUZE le 7 mai 2024 à 6h45

    L’inscription du bagne calédonien au patrimoine mondial de l’UNESCO fait partie des engagements pris par le 17e gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, lors de la déclaration de politique générale (DPG) du président Louis Mapou, qui avait déclaré « nous voulons accompagner le processus d’appropriation historique et identitaire engagé en valorisant la contribution de toutes les communautés à l’histoire, à l’identité et à la culture, pour conforter le poteau central de la Nouvelle-Calédonie ». Ce premier COPIL pour le projet d’inscription du bagne à l’Unesco a été organisé de manière symbolique deux jours avant le 160e anniversaire de l’arrivée de l’Iphigénie à Port-de-France (ancien nom de Nouméa), avec à son bord, les premiers forçats envoyés en Nouvelle-Calédonie. Le membre du gouvernement a officiellement ouvert les travaux de ce premier COPIL.   Un projet à dimension « pays » Ce comité de pilotage se tient à l’issue d’une période de consultation des acteurs institutionnels et de la société civile, initiée en 2022. Cette phase a permis de sensibiliser sur l’importance de ce projet de classement par le biais de différentes actions culturelles soutenues par le gouvernement, telles que les expositions itinérantes « Les Kanak et le bagne » en 2022, ou encore « Exilés et condamnés Indochinois en Nouvelle-Calédonie », inaugurée cette année et actuellement visibles sur le Site historique de l'Île Nou. « Aujourd’hui marque une nouvelle étape dans ce dossier qui va durer plusieurs années, comme ça a été le cas pour l’inscription des lagons calédoniens », a souligné le membre du gouvernement. Durant la phase de consultation, l'ensemble des partenaires s’est positionné en faveur du projet d'inscription et a validé le principe de la constitution d'un comité de pilotage inclusif pour le portage d'un dossier « pays ». Thibaut Raffard, chargé de mission, a expliqué les grandes étapes du projet.,   Conformément à l’esprit d’unité qui anime ce projet d’inscription, le comité de pilotage présidé par le membre du gouvernement Mickaël Forrest, rassemble des représentants du Haut-commissariat, du Congrès, du Sénat coutumier, du Conseil économique social et environnemental (CESE), des provinces, des associations de maires et des communautés du territoire. Le COPIL pourra être amené à faire appel à des experts pour la constitution du dossier d’inscription. Ce comité a adopté un calendrier « qui va permettre de définir une organisation en différentes cellules de travail avec notamment des services du gouvernement qui disposent d’archives sur le bagne et les acteurs concernés », a précisé Mickaël Forrest. L’idée c’est de mieux valoriser le bagne à travers un travail collectif ». Des objectifs multiples Ce projet poursuit des ambitions historiques, mémorielles, identitaires, pédagogiques, mais aussi touristiques. « Il permet de valoriser l’histoire d’un petit peuple dans une dynamique mondiale », a assuré Mickaël Forrest. Et si l’inscription du bagne calédonien peut constituer des avantages en termes de tourisme et de rayonnement, cette démarche engage également le demandeur à garantir la protection et la valorisation durables des biens inscrits, quels que soient leur nature. À l’instar des deux expositions autour de l’histoire du bagne, le projet représente aussi un moyen de sensibiliser les habitants et les acteurs locaux à l’importance des biens inscrits, à leur respect, à leur protection et à leur valorisation durable. Par ailleurs, la valorisation de l’histoire et du patrimoine spécifiques à la Nouvelle-Calédonie fait partie des enjeux de l’inscription du bagne au patrimoine de l’Unesco. Elle vise ainsi à renforcer le devoir de mémoire en fédérant les différentes communautés du territoire autour d’une histoire partagée, aux racines du destin commun. Un long processus L’inscription sur la liste indicative de la France nécessite une approche extrêmement rigoureuse de la définition de la valeur universelle exceptionnelle, au regard des critères définis par l’Unesco. Elle réclame également le soutien de l’État-partie sur le portage d’un dossier spécifiquement calédonien et un soutien institutionnel et technique de l’ensemble des parties prenantes du projet à court et à long terme.   Le patrimoine mondial de l’Unesco Le patrimoine mondial de l'Unesco réunit un ensemble de biens culturels et naturels présentant un intérêt exceptionnel pour l'héritage commun de l'humanité. Ce patrimoine fait l'objet d'un traité international intitulé « Convention pour la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel », adopté par l’Unesco en 1972 et actualisé chaque année depuis 1978 par le Comité du patrimoine mondial de l’Unesco. En 2023, avant la 45e session du Comité du patrimoine mondial, 1 157 biens, répartis en 167 États parties étaient répertoriés dans la liste : 900 sont culturels 218 sont naturels 39 sont mixtes (culturels et naturels) L’inscription d’un bien au patrimoine mondial représente la reconnaissance de sa valeur universelle exceptionnelle. Le bien doit satisfaire à trois conditions préalables pour prétendre à son inscription : répondre à un ou plusieurs critères relatifs au patrimoine culturel et/ou naturel satisfaire aux exigences d’authenticité et d’intégrité satisfaire aux exigences de protection et de gestion afin d’assurer la protection à long terme

  • Pacific Dataviz Challenge, une édition autour des (in)égalités de genre
    par Lucile COURTOT le 7 mai 2024 à 6h42

    Rendre des données accessibles Avec la production croissante de data, la visualisation de données ou « dataviz », est devenue indispensable. Cette méthode permet de rendre accessibles et compréhensibles des données peu exploitables à l’état brut. La visualisation de données consiste ainsi à résumer et à présenter de manière graphique, des données qualitatives et surtout quantitatives, via un ensemble de procédés. En présentant la data sous forme de graphiques, de cartographies ou d’infographies, la « dataviz » permet de faire ressortir des tendances, des phénomènes et des corrélations qui peuvent ensuite être utilisés stratégiquement. Elle offre un gain de temps considérable et peut se transformer en un outil de communication et d’aide à la décision puissant et efficace pour les gestionnaires politiques. Mettre en lumière les données de la région Pacifique Cette troisième édition du Pacific Dataviz Challenge, est ouverte un mois de plus que les années précédentes, du 1er mai au 30 juin 2024, afin de donner aux participants davantage de temps pour préparer leurs travaux. Ce concours, organisé conjointement par le gouvernement et la CPS, a toujours pour ambition de  valoriser les données du Pacifique disponibles en open data sur un ensemble de portails : la plateforme des données publiques de Nouvelle-Calédonie (data.gouv.nc) et le Pacific Data Hub, qui compile les données de la CPS. « La démocratisation de la donnée est nécessaire pour une meilleure transparence dans une société qui a évolué et où cette donnée n’est plus uniquement l’affaire du politique et du spécialiste », a indiqué Vaimu’a Muliava. Les participants devront obligatoirement utiliser un ou plusieurs jeux de données parmi une liste de jeux de données spécialement mis à disposition sur l’une de ces deux plateformes. Plusieurs directions de la Nouvelle-Calédonie mettent à disposition des données qui pourront être utilisées pour le challenge : la direction des Affaires sanitaires et sociales (DASS), la direction du Travail, de l’emploi et de la formation professionnelle (DTEFP), la direction des Ressources humaines et de la fonction publique (DRHFPNC) et la direction du Numérique et de la modernisation (DINUM). À noter également la participation de partenaires producteurs de données : la province Sud et l’Agence sanitaire et sociale de Nouvelle-Calédonie (ASSNC). Les projets de dataviz devront donc permettre de mettre en valeur la data de façon créative et innovante, afin de favoriser leur accessibilité et leur partage au plus grand nombre. Les candidats devront plancher cette année sur le thème « (in)égalités de genres ». « Les inégalités de genre sont un problème tellement présent chez nous, a déploré Vaimu’a Muliava. Lorsque l’on voit les chiffres de notre pays et de notre région dans ce domaine, au-delà de la visualisation des données, je formule le vœu que ceux qui répondront à ce challenge pourront éduquer les gens d’une autre manière ». Modalités d’inscription Le Pacific Dataviz Challenge est gratuit et ouvert à tout le monde, quel que soit son âge et son pays de résidence. Les candidats, qu’ils soient professionnels ou amateurs, peuvent s’inscrire en individuel ou en équipe. Les personnes intéressées doivent remplir un formulaire d’inscription sur le site https://pacificdatavizchallenge.org/. Le dossier de candidature devra être rempli au choix, en anglais ou en français. De même, la dataviz réalisée devra nécessairement être dans une de ces deux langues. Deux catégories de dataviz sont acceptées : la dataviz statique : une représentation graphique au format d’une image ou d’un poster ; la dataviz interactive : une représentation graphique avec des fonctionnalités dynamiques telles que : clic, filtre, zoom, survol de visuels, scroll. La dataviz interactive peut prendre la forme d’un tableau de bord (dashboard), d’une animation, mais aussi d’une vidéo. Récompenses et calendrier prévisionnel Les meilleures dataviz se verront attribuer des récompenses, pour un montant total de 15 000 dollars USD. Pour la catégorie « Dataviz interactive », trois prix seront décernés : 1er prix : 3 000 USD 2ème prix : 2 000 USD 3ème prix : 1 000 USD   Pour la catégorie « Dataviz statique », trois prix seront décernés : 1er prix : 3 000 USD 2ème prix : 2 000 USD 3ème prix : 1 000 USD À noter cette année, la création de deux nouveaux prix toutes catégories confondues : une mention spéciale « Jeunes » (pour les moins de 26 ans) et une mention spéciale « Pacifique », chacune dotée de 1 500 USD. Le Pacific Dataviz Challenge 2024 se déroulera selon le calendrier suivant : 1er mai : Lancement du challenge et ouverture des inscriptions 7 mai à midi : Conférence de lancement à la CPS 14 mai à 11 h 45 : Conférence dédiée aux jeunes à l’UNC (Amphi 400) 22 mai à 8 heures : Webinaire avec des personnalités internationales de la dataviz 30 juin : Clôture des inscriptions 12 juillet à midi : Cérémonie de remise des prix

  • PIIROG-NC, un dispositif de mobilité pour la jeunesse
    par Mathilde HEUZE le 7 mai 2024 à 4h29

    La mobilité : une plus-value dans le parcours des jeunes Grâce à un accord conclu avec le consulat de Nouvelle-Zélande en Nouvelle-Calédonie, 45 jeunes calédoniens (15 en 2022 et 30 en 2023) ont bénéficié du programme pilote « Volontaires internationaux du Pacifique » (VIP), ouverts aux 18-30 ans. Ils ont été pris en charge à la ferme 45 South à Cromwell, dans l’État du central Otago, pour la cueillette de cerises. « Le programme pilote nous a démontré qu’il fallait pérenniser ce dispositif de mobilité », a précisé Mickaël Forrest. La mobilité internationale représente un atout pour la jeunesse, en favorisant notamment l’estime de soi, la remobilisation dans un parcours d’insertion professionnelle et l’ouverture à d’autres cultures. Le fait de partir à l’étranger a donc des effets positifs significatifs dans le parcours des jeunes. Pour le directeur de la Jeunesse et des sports (DJS) Grégory Armien, « ce type de dispositif donne aux jeunes le sens de la responsabilité. Il a un véritable impact social qui va nourrir l’ouverture, développer les capacités d’adaptation. Cela fait émerger le potentiel de la jeunesse à travers une expérience qui leur permet de grandir ». Un dispositif qui évolue Au terme de deux ans de mise en œuvre du dispositif VIP, le gouvernement a souhaité le faire évoluer pour un meilleur encadrement et suivi des jeunes volontaires. Renommé PIIROG NC, il est désormais opéré par le centre d’information jeunesse (CIJ-NC), via la plateforme mobilité. Le CIJ-NC avait participé en 2023, en lien avec la DJS, à la préparation au départ des volontaires. Afin de s’assurer du niveau d’engagement, d’autonomie et de responsabilité des candidats, le processus de sélection évolue aussi, comme le précise Priscillia Kasoibanou, directrice du CIJ-NC : « nous souhaitons pouvoir identifier des jeunes volontaires qui vont s’insérer durablement et qui puissent répondre aux exigences de l’employeur en Nouvelle-Zélande ». Le CIJ-NC a également pour ambition de poursuivre l’accompagnement des jeunes à leur retour afin de favoriser leur insertion. Le consulat de Nouvelle-Zélande demeure un partenaire clé dans ce dispositif puisqu’il s’engage à accompagner les jeunes dans leurs démarches administratives (immigration, visas, assurances, suivi des billets d’avion). Les critères d’éligibilité Pour candidater au programme PIIROG 2024, les conditions à remplir sont les suivantes : avoir entre 21 et 30 ans au moment du départ ; avoir un passeport valable jusqu’à trois ans après la date de départ prévue ; transmettre un CV à jour ; transmettre une lettre de motivation détaillant le projet professionnel ; fournir un extrait de casier judiciaire (B3) ; fournir une copie de la couverture sociale. Les dossiers complets sont à retourner au CIJ NC : soit en le déposant au bureau du CIJ NC au 33 rue Jean Jaurès à Nouméa ; soit en l’envoyant par mail à l’adresse suivante : piirog.cijnc@gmail.com Le formulaire de candidature est disponible sur la page dédiée sur le site du gouvernement avec toutes les informations à savoir. Date limite de candidature : vendredi 14 juin 2024   Pour cette troisième édition, 30 jeunes seront retenus. Le départ est prévu entre novembre et décembre 2024. Les missions calédoniennes de 2022 et 2023 Depuis son lancement, la campagne est victime de son succès. Aussi, afin de s’assurer que le dispositif bénéficie à l’ensemble des jeunes calédoniens, le gouvernement a souhaité permettre à dix candidats de chaque province de bénéficier de cette opportunité. Les bénéficiaires ont souhaité en grande majorité, poursuivre leur investissement au terme de leur mission initiale, établie pour une durée de quatre à cinq mois. Certains d’entre eux ont trouvé de nouveaux contrats dans d’autres établissements, comme dans l’aquaculture. Deux jeunes bénéficiaires du programme ont témoigné de leur expérience enrichissante en Nouvelle-Zélande.   Julie Djaoua, originaire d’Ouvéa, a fait partie de la première vague de départ en Nouvelle-Zélande. Forte de ses qualités relationnelles et de ses compétences, elle fait depuis le lien entre les employeurs et les Calédoniens sur place. Elle repartira pour la troisième fois avec la nouvelle cohorte. Pour elle, pas de doute ce dispositif est très enrichissant : « ce projet m’a beaucoup apporté personnellement. J’ai pu perfectionner mon anglais, faire de nombreuses rencontres et j’ai appris beaucoup des cultures des autres. Professionnellement, ça m’a permis de savoir ce que je voulais faire ». Et même si le rythme est intense, comme en témoigne Maïlenn Ipunesso – « on devait travailler de 6 heures à 17 heures et des fois plus tard. Mais ça m’a redonné la motivation de travailler », les deux jeunes filles encouragent tous les jeunes à s’inscrire et à partir : « ça permet d’avoir une ouverture sur le monde et de savoir à quoi à s’attendre à l’extérieur », assurent-elles. Des programmes de mobilités en Australie, au Vanuatu et en Polynésie française en 2024 D’autres pistes de coopération régionale sont en cours d’élaboration avec l’Australie notamment. Comme l’a d’ailleurs rappelé le membre du gouvernement, lors de sa visite en Nouvelle-Calédonie en avril 2023, Penny Wong, ministre des affaires étrangères d'Australie, a réaffirmé sa volonté de renforcer les relations entre Nouméa et Canberra et avait évoqué la possible ouverture du dispositif « Palm » (Pacific Australia Labour Mobility) aux Calédoniens, leur offrant ainsi la possibilité de travailler en Australie rurale. C’est dans ce cadre qu’une consultation s’est engagée avec le consulat général d’Australie et l’ensemble des acteurs, afin de finaliser un programme test pour 2024 dans le Queensland. Par ailleurs, à la suite de la déclaration d’intention signée par Mickaël Forrest et son homologue polynésienne Nahema Temarii,  le 19 novembre 2023, un programme pilote sera déployé en pays Ma’ohi Nui (Polynésie française) au cours du second semestre 2024. Enfin, une mission « jeunesse » est programmée pour le mois de juillet 2024 au Vanuatu, sous la coordination de Pascal Wahe, directeur du centre culturel de Lenakel sur l’île de Tanna, autour d’un appui aux travaux communautaires. Ces programmes de mobilité à caractère professionnel et interculturel contribuent, selon Mickaël Forrest, « à l’épanouissement de notre jeunesse et lui permet de mieux connaître sa région ».

  • Une convention pour évaluer les politiques publiques
    par Mathilde HEUZE le 6 mai 2024 à 23h29

    L'évaluation des politiques publiques (EPP) répond à un souci d’amélioration continue de l’action publique et de ses impacts. L’EPP constitue un outil d’aide à la décision, assure la transparence des institutions, et répond à l’obligation de responsabilité, facilitant ainsi la confiance des citoyens. L’EPP permet également de mesurer l’efficacité d’une politique dans sa mise en œuvre et l’allocation des moyens. Pour une meilleure performance des politiques publiques Afin de garantir une meilleure performance de l’action publique, le gouvernement, le Congrès, le CESE, la CTC et l’UNC ont officialisé leur collaboration pour la mise en œuvre d’EPP. Les partenaires vont ainsi collaborer afin de formuler des propositions de sujets d’évaluation, d’élaborer le projet d’évaluation et de suivre les travaux d’évaluation. Le gouvernement et le Congrès transmettront des demandes d’évaluation. Le CESE, la CTC et l’UNC entreprendront les travaux d’évaluation. Le CESE réalisera la synthèse de ces travaux et assurera la diffusion auprès du gouvernement et du Congrès. Pour Vaimu’a Muliava, membre du gouvernement chargé de la coordination et de la mise en œuvre de la modernisation de l’action publique, « l’évaluation des politiques publiques stimule la modernisation de l’action publique en améliorant l’efficacité des programmes et en optimisant l’allocation des ressources, tout en assurant leur ajustement aux évolutions technologiques, sociales, et règlementaires ». Pour Mickaël Forrest, membre du gouvernement chargé des relations avec le CESE, cette initiative va « permettre à l’action publique d’être plus efficace sur les différents secteurs, ce qui est nécessaire au vu des moyens en baisse ». Cette convention « accompagne également la dynamique du CESE dont les règles de fonctionnement ont évolué récemment pour une meilleure performance », a-t-il ajouté.  Le Congrès joue en outre un rôle de support pour l’ensemble des textes législatifs, réglementaires et juridiques. Roch Wamytan, président du Congrès a souligné l’importance de la transparence et de l’efficience des institutions. Florence Bonnafoux, présidente de la CTC, l’assure, « la chambre contribuera à ce travail et à démontrer tout l’intérêt qu’il y a à évaluer des politiques publiques, à travers une équipe de contrôle ». Évaluer les politiques publiques grâce à la donnée Par ailleurs, cette démarche vise à produire des connaissances pertinentes et utiles à la conduite de l’action publique. Vaimu’a Muliava, a ainsi rappelé que cette initiative s’inscrit dans la trajectoire qu’il mène au gouvernement avec la direction du Numérique et de la modernisation (DINUM). « En fournissant des données fiables sur l’impact des actions gouvernementales, l’évaluation des politiques publiques est un pilier clé de la modernisation et de l’innovation publique ». Il se dit ravi de pouvoir collaborer avec les experts locaux dans les domaines prioritaires identifiés, tels que la formation professionnelle et la santé, dans le cadre des travaux menés avec la direction Interministérielle de la transformation publique de l’État (DTIP). La politique de formation professionnelle évaluée Pour cette évaluation pilote, une méthode d’évaluation innovante consacrée à la formation professionnelle pour les populations les plus éloignées de l’emploi sera mise en place. Cette politique publique a été mise en œuvre par le gouvernement à partir de 2015, via sa direction de la Formation professionnelles continue (DFPC), devenue en 2023 la direction du Travail, de l’emploi et de la formation professionnelle (DTEFP) après avoir fusionné avec la direction du Travail et de l’emploi (DTE). L’évaluation de cette stratégie emploi insertion professionnelle a pour objectif de permettre au gouvernement d’alimenter le suivi de sa politique de formation professionnelle par une meilleure connaissance des résultats et des impacts, afin d’ajuster le contenu et la mise en œuvre en lien avec les objectifs désirés et les évolutions conjoncturelles.

  • Le gouvernement uni pour redresser l’économie calédonienne
    par Mathilde HEUZE le 3 mai 2024 à 5h32

    Face à une croissance économique en berne et devant les difficultés rencontrées par le secteur du nickel qui ébranlent le monde économique calédonien, le gouvernement a décidé d’engager des travaux pour l’élaboration d’un plan de relance économique. « La situation nous oblige à retrousser les manches et à aller au-delà de ce que nous sommes car l’avenir de la Nouvelle-Calédonie en dépend, a confié le président du gouvernement Louis Mapou. C’est un travail que nous devons réussir ». Dans un contexte budgétaire très contraint, ce plan a pour objectif de répondre en priorité à l’urgence économique, mais aussi au besoin de restaurer la confiance des entreprises et de relancer la création de richesses et d’emplois en Nouvelle-Calédonie. « Cette démarche est collective et volontaire. Elle a pour objectif le redressement de notre système économique et elle a aussi un objectif que je qualifie de psychologique, a indiqué Thierry Santa.  Dans le contexte actuel qui est morose, beaucoup de Calédoniens s’interrogent sur leur avenir. Cette démarche commune pourra peut-être apaiser quelques inquiétudes ». La conférence économique et sociale Chaque membre du gouvernement a établi, en lien avec les directions du gouvernement, des mesures prioritaires à mettre en œuvre dans ses secteurs respectifs. Ces mesures seront présentées et discutées avec les acteurs du monde économique et social durant des ateliers de travail dans le courant du mois de mai. « Nous avons l’intention de mobiliser toute la Nouvelle-Calédonie, afin de repenser l’avenir économique et social de la Nouvelle-Calédonie sur des termes renouvelés », a ajouté le président. « Nous allons confronter à la société civile et au reste du paysage économique calédonien les propositions sur lesquelles nous nous sommes mis d’accord, au travers d’une conférence économique et sociale le 30 mai prochain, a indiqué Christopher Gygès. L’objectif est d’arriver sur un événement conclusif qui aboutira à un projet définitif de plan de relance économique, dont les mesures seront mises en œuvre rapidement ». Les grands axes du plan de relance économique Le plan de relance économique s’appuie sur quatre axes prioritaires identifiés par le gouvernement collégial, tous secteurs confondus : La relance par la consommation ; La relance par l’investissement ; Le soutien à la trésorerie des entreprises ; Le soutien à l’emploi et au maintien des compétences. La relance par la consommation  La relance par la consommation, proposée par la Nouvelle-Calédonie, implique de stimuler les dépenses des ménages pour soutenir l'activité économique et se repose sur cinq leviers : la fiscalité, la maîtrise des dépenses, le pouvoir d’achat, l’amélioration du cadre de vie et le développement d’une énergie durable. Cela peut être réalisé par des mesures telles que des réductions d'impôts pour les particuliers, des incitations fiscales à la consommation, ou encore des programmes de soutien financier directs aux ménages. En encourageant les consommateurs à dépenser davantage, on stimule la demande globale, ce qui peut inciter les entreprises à augmenter leur production pour répondre à cette demande accrue. La relance par l'investissement Le volet investissement de ce plan de relance s’appuie sur les quatre leviers suivants : un plan d’investissement « grands projets », la fiscalité, une simplification administrative et la mise en place d’un pacte social. Des leviers qui peuvent se matérialiser par le biais de subventions, de crédits d'impôt ou de partenariats public-privé visant à encourager les entreprises à investir dans des projets à long terme. L'augmentation des investissements peut contribuer à accroître la productivité, à créer des emplois et à renforcer la compétitivité de l'économie. Le soutien à la trésorerie des entreprises Pour soutenir la trésorerie des entreprises, le gouvernement a identifié trois leviers : la consommation, l’épargne et le financement et la simplification administrative. Le soutien à la trésorerie des entreprises est crucial pour assurer leur survie à court terme et leur permettre de maintenir leurs opérations. Cela peut se faire par le biais de prêts à des conditions avantageuses, de reports ou de réductions d'impôts, de subventions directes ou de programmes de garantie de prêts. En assurant une stabilité financière aux entreprises, on évite les fermetures d’entreprise et on préserve l'emploi ainsi que le tissu économique. Le soutien à l'emploi et au maintien des compétences Afin de soutenir l’emploi et de maintenir les compétences, le plan de relance va s’appuyer sur la formation, le marché du travail et le soutien à l’innovation et à l’entrepreneuriat. Le soutien à l'emploi implique des mesures visant à préserver les emplois existants et à en créer de nouveaux. Cela peut être réalisé par le biais de subventions à l'embauche, de programmes de formation professionnelle pour réorienter les travailleurs vers des secteurs en croissance, ou encore par des politiques d'incitation au maintien de l'emploi telles que des réductions de charges sociales pour les entreprises. Le maintien des compétences est également crucial pour garantir une main-d'œuvre qualifiée et adaptable aux besoins changeants du marché du travail, ce qui nécessite des investissements dans l'éducation et la formation. En combinant ces quatre axes de relance, le gouvernement souhaite mettre en place une stratégie globale visant à stimuler l'activité économique, à soutenir les entreprises et à préserver l'emploi, contribuant ainsi à une relance économique durable.

Pour la métropole, le monde, l’économie, le sport et les loisirs

Le Monde.fr - Actualités et Infos en France et dans le monde Le Monde.fr - 1er site d’information. Les articles du journal et toute l’actualité en continu : International, France, Société, Economie, Culture, Environnement, Blogs ...

Le Figaro - Le Flash Actu Suivez les dernières informations en direct sur le Flash Actu du Figaro